r7nYIbIcrtInTLk6YUj6

Ce qu’il faut savoir avant d’acheter en 2022

Avant d’acheter en 2022, il convient de connaître l’état du marché. Pour cela, rien de mieux que de regarder les chiffres de l’année précédente. Et ils sont plus que bons pour les logements anciens ! 1 201 000 transactions ont été conclues à la fin 2021 selon le site des Notaires de France. Pour préparer au mieux votre projet immobilier, retour sur une année record.

2022 sera-t-elle comme l’année 2021 ?

Malgré une pandémie qui s’étire, un manque de visibilité sur la situation sanitaire, l’immobilier en 2021 s’est bien porté. En sera-t-il de même pour l’année 2022 ? Difficile de se prononcer. D’autant qu’il s’agit d’une année électorale où chacun, acheteur comme vendeur, sera à l’écoute. Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez acheter, jetez un œil aux offres disponibles sur le marché. Se lancer dans un projet immobilier prend toujours du temps et une bonne préparation est essentielle. Vous pouvez consulter ce site https://fr.realadvisor.com/fr/immobilier-a-vendre, vous y trouverez des biens à vendre situés partout en France. 

Un marché de l’ancien en plein essor 

Un retour sur l’année 2021 devrait vous apporter quelques informations pour votre projet. Durant cette dernière année, l’immobilier ancien a affiché des performances impressionnantes. Il a en effet comptabilisé un nombre de transactions record. Et cela malgré des prix élevés. Le marché du neuf est quant à lui resté plus en retrait. Cela est sûrement dû à la difficulté de l’apport en matériaux durant la pandémie. Ce retrait semble avoir eu des conséquences immédiates comme l’explique le site des Notaires de France. Selon celui-ci, « la faiblesse de la production de logements neufs depuis plusieurs trimestres concourt directement à la hausse des prix de l’ancien ». De façon générale, les prix des maisons ont augmenté plus largement que ceux des appartements, qu’il s’agisse de la province ou de Paris. Toutefois, le marché n’a pas été uniformément dynamique.

Les villes petites, moyennes, balnéaires et rurales en tête 

La nouveauté de cette année 2021 ? Elle est venue de villes du littoral, de la campagne, de province où les prix se sont envolés. Cela au détriment des grandes villes comme Paris où la hausse des prix a ralenti. En effet, comme le rapporte la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM), les stations balnéaires, les villes petites, moyennes et rurales ont vu leurs prix augmenter en l’espace d’un an. C’est le cas, notamment des villes comme Brest ou La Roche-sur-Yon. 

En 2021, le marché a été à plusieurs vitesses. L’année 2022 ira-t-elle dans le sens de cette dernière année ? L’avenir nous le dira. La crise sanitaire a en tout cas transformé la vie des Français en apportant notamment de nouvelles conditions de travail. Celles-ci ont permis à certains de quitter les grandes villes. Ils ont pu déménager sans perdre pour autant leur emploi grâce au télétravail. Nombreux sont ceux qui y ont pris goût. Ils se sont habitués à ce nouveau cadre de vie, loin des embouteillages. La campagne, elle, a fait figure de bouffée d’oxygène. D’autres ont quitté leur appartement pour acheter une maison et bénéficier d’un jardin.