Comment bien choisir un poêle à bois ?

Comment bien choisir un poêle à bois ?

Le poêle à bois connaît un véritable engouement ces dernières années. Son charme rustique, son efficacité et son côté écologique séduisent de plus en plus de ménages français. Mais comment faire le bon choix parmi la multitude de modèles proposés sur le marché ?

Déterminer la puissance nécessaire

La puissance est le premier élément à considérer lorsqu’on souhaite acheter un poêle à bois. Elle se calcule en fonction de la surface à chauffer, du volume de la pièce, de l’isolation du logement et de sa situation géographique. En règle générale, on estime qu’il faut compter 100 watts pour chauffer efficacement 1 m². Ainsi, pour une pièce de 30 m², un poêle de 3 kW suffira amplement.  

A lire également : Mesurer l’efficacité énergétique de votre poêle à bois : méthodes et astuces

Attention cependant à ne pas surdimensionner la puissance de votre appareil. Un poêle trop puissant par rapport à la surface à chauffer entraînera une surconsommation de bois et un inconfort thermique. 

À l’inverse, un modèle pas assez puissant peinera à monter en température et s’usera prématurément. Le mieux est donc de faire appel à un professionnel qui saura déterminer précisément vos besoins en fonction des caractéristiques de votre habitat. Pour trouver le bon équipement, faites confiance à Ghibaut.

Lire aussi :   10 idées déco derrière poêle à bois pour un espace chaleureux

Opter pour un rendement élevé

Le rendement est un autre critère de choix crucial. Il correspond au rapport entre la quantité de bois consommée et la chaleur restituée par le poêle. Plus ce taux est élevé, plus l’appareil est performant et économique. Pour bénéficier d’un confort optimal tout en maîtrisant votre consommation de bois, visez un rendement minimum de 75 %.  

A lire également : Optimiser la combustion de votre poêle à bois : les techniques pour en tirer le meilleur parti

Certains modèles ultra-performants atteignent même jusqu’à 90 % de rendement. Ils sont notamment équipés d’une double combustion qui permet de brûler une seconde fois les fumées et gaz imbrûlés. 

Cette technologie assure une combustion complète du bois pour un chauffage des plus efficaces. De plus, elle réduit considérablement les émissions polluantes pour un mode de chauffage plus écologique.

Choisir le bon matériau

Le choix du matériau de votre poêle à bois aura une incidence directe sur ses performances, mais aussi sur son esthétique. La fonte et l’acier sont les deux matières les plus utilisées. 

La fonte est réputée pour sa robustesse et son inertie thermique. Elle emmagasine la chaleur plus longtemps et la restitue de façon progressive, même une fois le feu éteint.

A lire également : Comparatif des meilleurs poêles à bois à haut rendement en 2024

Lire aussi :   Poêles à bois hybrides : allier performance et respect de l'environnement

L’acier monte plus rapidement en température et offre une plus grande souplesse de formes. Il permet la conception de poêles au design plus contemporain. 

Certains modèles combinent acier et fonte pour allier esthétique et performance. Le revêtement intérieur peut être en briques réfractaires pour une meilleure résistance aux chocs thermiques. Quant à la pierre ollaire, elle constitue un excellent compromis en termes de rendement et d’agrément.

Quelle taille de foyer choisir ?

La taille du foyer conditionne directement l’autonomie de votre poêle. Plus celui-ci est grand, plus vous pourrez y placer de grosses bûches qui se consumeront sur une longue durée. 

Avec un foyer de 40 à 50 cm de profondeur, vous pouvez espérer une autonomie de 6 à 12 h sans avoir à recharger l’appareil. C’est idéal si vous vous absentez dans la journée ou si vous souhaitez maintenir une température constante la nuit.

A lire également : Comment calculer la puissance d’un poêle à bois ?

Néanmoins, un foyer trop volumineux par rapport à la pièce à chauffer entraînera là encore une surconsommation. Le feu aura du mal à prendre et les fumées stagneront davantage, encrassant l’appareil et le conduit plus rapidement. 

Un foyer plus petit permettra d’obtenir un feu dynamique pour une montée en température rapide. À vous de trouver le juste équilibre en fonction de vos habitudes de chauffe.