Que mange un loir dans une maison ?

Que mange un loir dans une maison ? Son régime alimentaire et les mesures de protection

Que mange un loir dans une maison ? Le loir, un  petit mammifère de la famille des Gliridae, peut devenir un hôte indésirable dans votre maison. Il peut y causer des dégâts et rechercher activement sa nourriture. Explorez les habitudes alimentaires du loir, ses préférences dans la cuisine et le jardin, ainsi que les mesures de protection à prendre pour préserver votre habitation de ces rongeurs envahissants. 

Qu’est-ce qu’un loir ?

Le loir, un rongeur aux goûts éclectiques, constitue un petit mammifère appartenant à la famille des Gliridae. Sa ressemblance frappante avec l’écureuil et sa confusion occasionnelle avec sa cousine la souris sont des caractéristiques notables. 

Son pelage, allant du gris au gris fauve, facilite son identification, tout comme sa queue, lui conférant une taille estimée entre 10 et 30 cm et un poids variant de 70 à 200 g. En tant que membre imposant de sa famille, le loir se distingue par ses yeux noirs saillants, sa queue touffue et ses oreilles arrondies.

A lire également : Qu’est-ce qu’une chambre de culture ?

Un animal nocturne

De nature principalement nocturne, le loir s’engage dans la quête de sa nourriture pendant la nuit. Son régime omnivore se compose majoritairement de graines, de fruits (notamment des pommes en automne, qu’il peut consommer dans les greniers), de baies, de bourgeons, ainsi que d’insectes et d’oisillons.

Préférant une existence plutôt sédentaire, le loir n’est généralement pas présent en grandes concentrations. Il choisit fréquemment les bois de feuillus comme habitat, tout en résidant également dans les bâtiments et vergers, où il peut construire son nid et établir une résidence permanente.

Bien qu’il ait une mobilité limitée au sol, le loir excelle en tant que grimpeur. La découverte d’un grenier tranquille dans une habitation peut lui offrir l’opportunité de passer l’hiver après avoir accumulé une réserve adéquate de graisse. En termes de communication, il émet des grognements, des cris et des sifflements bruyants, tout en étant une proie potentielle pour les rapaces nocturnes et divers carnivores.

A lire également : Comment programmer les radiateurs électriques dans une maison ?

Le cycle de vie du loir comprend des périodes distinctes, marquées par des phases d’hibernation, d’accouplements, de naissances (avec 4 à 6 petits par portée), et des périodes critiques. 

Comment détecter la présence d’un loir dans sa maison ?

Arborant une teinte grise, le corps du loir mesure entre 13 et 19 cm, une taille équivalente à celle de sa queue touffue. Ses yeux noirs et proéminents sont encadrés d’un contour sombre, tandis que son ventre est d’une blancheur éclatante et le dos présente une nuance de raie plus foncée.

Lire aussi :   Les différents types de serrures de coffre-fort

Les empreintes du loir rappellent celles de l’écureuil, bien que de dimensions plus réduites. Les nids de loir sont souvent repérés à l’intérieur d’un arbre creux ou d’un vieux mur, revêtus de mousse, de laine, de poils, etc. En hiver, ces animaux peuvent hiberner dans des nids situés à une profondeur de 15 à 60 cm.

A lire également : Où placer un aloe vera dans la maison ? Les pièces idéales pour cette plante

Les indices qui ne trompent pas

Si les loirs parviennent à s’introduire chez vous, à moins d’être alerté, leur présence peut passer inaperçue. En effet, ces rongeurs adoptent une discrétion remarquable pendant la journée, mais dès la nuit tombée, ils partent à la recherche de leur nourriture.

Pendant leur quête alimentaire, les loirs produisent des bruits audibles et dérangeants, surtout dans les pièces peu éclairées de votre domicile, qui sont leur terrain de prédilection. Le loir utilise des petits coups pour ronger les boiseries et les tissus, créant ainsi des signes distinctifs de son activité.

Outre les dommages matériels, il est essentiel de noter que l’invasion de ces animaux comporte également des risques sanitaires, avec la possibilité de contracter des maladies. Soyez vigilant aux indices de la présence des loirs et prenez des mesures appropriées pour éviter les conséquences indésirables liées à leur intrusion.

A lire également : Chambre de culture d’intérieur : ce qu’il faut savoir aujourd’hui

Préférences alimentaires du loir dans votre cuisine

Le loir est largement répandu sur l’ensemble du territoire européen, montrant une préférence marquée pour les habitations. À l’instar du muscardin, il accumule des réserves pendant l’automne avant d’entrer en période d’hibernation durant l’hiver.

L’hibernation du loir s’étend sur sept mois, de octobre à avril, au cours desquels il s’abstient de se nourrir. Le régime alimentaire des loirs évolue en fonction des saisons, et ils sont généralement classés dans la catégorie des omnivores. Des études récentes indiquent également qu’ils incluent des fruits dans leur alimentation. Une fois à l’intérieur de votre maison, le loir est attiré vers votre cuisine par son odorat développé. Il se délecte de divers éléments, tels que biscuits, légumes, céréales et fruits.

A lire également : Trop peu d’espace dans votre maison ? Gagnez-en grâce au garde meuble !

Lire aussi :   La table bois et métal : le must dans une salle à manger

En plus de ces aliments, le loir grignote toutes les provisions stockées chez vous, n’épargnant même pas les nourritures cuites telles que sauces, viandes, poissons et tout reste de repas abandonné. Il est important de noter que ces rongeurs sont particulièrement attirés par les denrées dégageant une forte odeur. Soyez vigilant face à leur appétit vorace et à leur penchant pour les arômes alléchants.

Préférences du loir dans votre jardin

Le jardin de votre maison représente un environnement naturel apprécié par le loir. Avant même de s’intéresser à votre cuisine, le loir ne néglige jamais les fruits disponibles dans votre verger. Dans certains cas, il manifeste une préférence pour les végétaux, les graines et les fruits secs.

A lire également : Un escalier de prestige dans votre maison !

Il explore également l’idée de grignoter des noix, des champignons, des pépins de fruits, des glands, et bien d’autres.

En l’absence de ce régime végétarien, ces rongeurs peuvent également se tourner vers la chasse de petits animaux, tels que les insectes.

Une fois installé dans votre maison, le loir a une palette variée de choix alimentaires : 

  • Fruits : figues, prunes, mûres, mirabelles, pommes. 

  • Animaux : cloportes, limaces, petits oiseaux, oisillons. 

  • Végétaux : fleurs, écorces, champignons, bourgeons, jeunes pousses.

Par contrainte, le loir n’hésitera pas à consommer tous les aliments cuits à sa disposition : Viandes ; Sauces ; Restes de repas.

Comprenez les préférences alimentaires diversifiées du loir, que ce soit dans votre jardin ou une fois qu’il a élu domicile dans votre maison.

A lire également :

Quelles précautions prendre contre l’intrusion des loirs dans la maison ?

Lorsque ces rongeurs s’installent dans votre demeure, ils établissent leurs nids dans chaque recoin, en particulier dans les tiroirs où la plupart des aliments des placards sont dévorés. Ces créatures bruyantes émettent fréquemment des cris stridents, et leur ronflement peut être assimilé à des bourdonnements.

Pour vous débarrasser de ces perturbateurs, différentes mesures sont envisageables, notamment l’utilisation de pièges mortels ou non mortels.

Mise en place de pièges mortels 

Afin de mettre un terme aux visites incessantes de ces rongeurs, l’installation de pièges mortels et de raticides est une option efficace. Les pièges mortels assurent des résultats immédiats dans la lutte contre le loir. Cependant, leur manipulation nécessite une grande prudence. Il est recommandé de porter des gants pour plus de sécurité, car le loir pourrait détecter votre odeur et fuir. Les raticides représentent une alternative incontournable, bien que leur effet puisse être plus ou moins lent. Ce retard peut offrir aux loirs la possibilité de s’échapper pour finir par mourir dans un endroit inconnu de la maison, générant ainsi des odeurs insupportables.

A lire également :

Lire aussi :   Pourquoi recycler la ferraille ?

Installation de pièges non mortels 

Les pièges non mortels proposent des solutions permettant de capturer les loirs sans les tuer. Les cages grillagées ou celles avec de la colle anti-rongeur sont quelques-unes des options disponibles.

Quel que soit le type de piège non mortel choisi, il est essentiel de repérer le passage du loir. Ensuite, le piège peut être positionné avec un appât pour attirer l’animal. Des moutardes, viandes ou autres fruits sont des exemples d’appâts qui peuvent s’avérer efficaces.

 

En conclusion, le loir, petit mammifère aux goûts éclectiques, peut se révéler être un hôte indésirable dans votre maison, causant des dégâts matériels tout en recherchant activement sa nourriture. Avec un pelage variant du gris au gris fauve, le loir, membre imposant de la famille des Gliridae, présente des caractéristiques distinctives telles que des yeux noirs saillants, une queue touffue et des oreilles arrondies.

A lire également :

Doté d’un régime omnivore, le loir, de nature principalement nocturne, se nourrit de graines, de fruits, de baies, de bourgeons, d’insectes et d’oisillons. Ses préférences alimentaires se manifestent non seulement dans votre cuisine, où il s’attaque à biscuits, légumes, céréales et fruits, mais également dans votre jardin, où il ne délaisse jamais les fruits, végétaux, graines et fruits secs.

La détection de la présence de loirs chez soi peut se faire à travers des indices tels que des bruits nocturnes et des signes de rongement, mais il est crucial de prendre des mesures de protection, car outre les dommages matériels, l’invasion de ces rongeurs comporte des risques sanitaires.

Des pièges mortels ou non mortels sont des solutions envisageables pour se débarrasser des loirs, mais leur manipulation nécessite prudence. Les préférences alimentaires variées du loir soulignent l’importance de maintenir un environnement protégé. Soyez attentif aux signes d’infestation, adoptez des mesures préventives et, si nécessaire, faites appel à des professionnels pour assurer la tranquillité de votre foyer face à ces visiteurs indésirables.

A lire également :